Les Cahiers de l’Indépendance n° 8


Dossier : UE, OTAN, TPI, OMC, etc. : intégrations supranationales et désintégration nationale


– « Présentation du dossier », par Jean-Paul Bled (p. 28)

– « La souveraineté nationale, seul point d’appui »Entretien avec Jean-Yves Autexier (p. 30)

– « Retrouver la souveraineté : la piste du compromis de Luxembourg », par Alain Bournazel (p. 33)

– « Prix de L’Indépendance (Nigel Farageet Cabri du trimestre (Pierre Lellouche) (p. 36)

– « Discours de fin de mandat du président du Parlement européen »Extraits, par Hans-Gert Pöttering (p. 37)

– « La co-direction du Parlement européen » (p. 39)

– « Sur la réintégration de la France dans l’OTAN », par Pierre Lefranc (p. 40)

– « La France n’aurait pas dû rejoindre le commandement intégré de l’OTAN », par Alain Corvez (p. 41)

– « Pourquoi j’ai dit Non à l’OTAN », par Franck Marlin (p. 44)

– « France-OTAN : « Bonjour, Messieurs les traitres ! », par Daniel Garrigue (p. 45)

– « TPIY, bras juridique de l’OTAN », par Patrick Barriot (p. 46)

– « OMC, totems et tabous – Le retour du protectionnisme », par Jacques Sapir (p. 49)

– « Quitte », par Pierre Lévy (p. 56)

– « Traité de Lisbonne : Dublin promet un Oui massif » (p. 59)


« La question des protections – du protectionnisme – a été au cœur de la campagne des élections européennes. Un tabou a sans doute été brisé. Nul doute que l’on ne remettra pas le génie dans la boîte une fois qu’il est sorti. La question du protectionnisme sera donc au cœur des combats futurs… Il est probable que nous avons assisté au début de la fin de la construction européenne telle que nous la connaissons. »

Jacques Sapir, « Cinq leçons d’une élection », p. 14


« Si la gauche n’est guère entendue à propos de la crise financière, si ses critiques à l’encontre du libéralisme économique ne portent pas, c’est, bien sûr, parce qu’elle a beaucoup cédé à ce même libéralisme. Mais plus encore, en voulant promouvoir un modèle européen destructeur des nations, alors que les peuples aspirent à faire respecter le cadre national et à faire vivre un État protecteur, elle se trouve à contre courant. »

Jean-Yves Autexier, « La souveraineté nationale, seul point d’appui », Entretien avec Jean-Yves Autexier, p. 30


« La subordination de nos moyens de défense au commandement étranger de l’OTAN motivé par des considérations et poursuivant des objectifs qui ne sont pas les nôtres, représente l’abdication de notre indépendance, élément essentiel de tout politique étrangère libre. »

Pierre Lefranc, « Sur la réintégration de la France dans l’OTAN », p. 40


« Qui ne voit que le parlement issu du récent scrutin est frappé d’illégitimité du seul fait de son absence de représentativité, à moins de reconnaître aux 60 % d’abstention l’expression évidente du refus par les peuples concernés du système où on les enferme ? À cela s’ajoutent d’autres marques, telles que le coup de force en France contre le rejet de la constitution Giscard (lequel rejet passe ainsi de 53 % à 60 %), et le prochain coup de force irlandais. »

Philippe de Saint Robert, « La revue fantastique », p. 62


« Ce n’est pas une question de technique de communication, mais bien une question de fond, d’adéquation entre le message catholique et la modernité parvenue à son terme ultime. Benoît XVI a suscité une telle colère parce qu’il a enfreint un tabou moderne. Il rappelle constamment que l’Église est une institution surnaturelle. Cela suppose des chrétiens qu’ils soient conscients de l’enjeu et capables de s’engager derrière le successeur de Pierre qui leur montre si lumineusement l’exemple. »

Hervé Coutau-Bégarie, « Campagne contre Benoît XVI », p. 70


« L’Allemagne poursuit inlassablement le même dessein : elle utilise Bruxelles pour encourager le régionalisme et affaiblir ainsi les États. »

Pierre-Marie Gallois, « Chronique du premier semestre 2009 », p. 76


« En fait, une seule cause peut et doit être considérée comme le facteur majeur et déterminant des différences constatées entre les deux périodes 1950-1974 et 1974-2003 : la politique poursuivie à partir de 1974 de libéralisation mondialiste des échanges extérieurs par l’organisation de Bruxelles. »

Maurice Allais, « La grande cassure de 1974 et la politique économique et commerciale européenne », p. 85


« Est-il pertinent d’attribuer la cause majeure de l’échec des eurosceptiques aux Européennes à l’occlusion médiatique ? Le rassemblement n’est-il pas la vraie solution ? L’éclatement des mouvements eurosceptiques ne trahit-il pas surtout l’absence de réflexion réelle et globale ? »

Julia Buchmann, Regards croisés sur le résultat des élections européennes du 7 juin 2009, p. 114


« En l’absence de peuple européen, la solution ne consiste pas dans un renforcement des institutions de l’Union européenne. Au contraire, ceci pourrait encore aggraver le problème en conduisant à une aliénation encore plus grande des citoyens des pays européens. »

Vaclac Klaus, Extraits du discours du président de la République tchèque (19 février 2009), p. 141


« On n’entre pas dans la résistance comme on veut. Il n’y avait pas de listes d’inscription ni de bureau d’information. La famille chez qui je vivais me soupçonnait de tramer un complot contre Hitler pour l’assassiner et était effrayée. »

Jacqueline Pery d’Alincourt, « Nous vivions les uns pour les autres », p. 143

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s